Entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne, le divorce est donc prononcé. Après 47 ans d'un mariage houleux, s'ouvre le chapitre difficile des négociations ; toute la relation entre l'Europe et le Royaume-Uni reste à définir.

Et si à Londres, ce départ a provoqué des scènes de liesse, vendredi soir (31 janvier 2020), à Bruxelles, siège du Parlement européen, l'ambiance était bien plus morose, en fin de semaine, pour la dernière session avec les eurodéputés britanniques. 73 députes anglais ont dû faire leurs bagages, les adieux se sont faits dans les larmes. Laxmi Lota était sur place pour nous.

Après les larmes, l'heure est à la négociation, et elle s'annonce ardue. Chaque partie affichant les lignes rouges de la future relation. L'Union européenne a ainsi mis en garde le Royaume-Uni contre toute tentation de « concurrence déloyale ». Car le noyau dur des discussions, ce sont les relations commerciales. Pour l'Europe, l’un des enjeux, c'est l'accès aux eaux poissonneuses qui entourent les îles du Royaume-Uni. La France, par exemple, sort 30 à 40% de ses poissons des eaux britanniques, la Belgique 50%. Le Royaume-Uni, de son côté, n'est pas autosuffisant  : 30% de ses fruits et légumes sont importés d'Europe. Comment cette nouvelle relation commerciale va-t-elle se tisser ? Frédérique Lebel est allée poser la question sur le marché de Peterborough, une ville de l'est de l'Angleterre.

Au cœur de la tourmente et des négociations commerciales, il y a bien sûr l'Irlande. L’Irlande du Nord, qui a quitté l'Union européenne avec le Royaume-Uni, a depuis le début des négociations, un statut un peu particulier : elle reste dans l’union douanière européenne. Mais alors, quels seront ses liens commerciaux avec le reste du Royaume ?  Les représentants des secteurs économiques s’inquiètent, Emeline Vin.

Relations commerciales, mais aussi visas, éducation, sécurité, entre le bloc de 27 pays européens et le Royaume-Uni, tout reste à négocier. Parmi les questions, il y a celle de la circulation. Les Britanniques pourront-ils se déplacer en Europe sans visa après le 1er janvier 2021, fin de la période de transition ? Rien n’est moins sûr, mais pour certains pays de l’UE, comme la Grèce, cette situation pourrait représenter une aubaine avec leur système de ‘visas en or’. À Athènes, les explications de Joël Bronner.

Alors que la Grande-Bretagne vient de quitter l'Union européenne, le véritable divorce n'est peut-être pas celui que l'on croit. Dans son dernier ouvrage, Antoine Santoni se penche sur la relation franco-allemande avec un titre un peu provocateur « Le Brexit franco-allemand : mythe ou réalité ? », Sylvie Noël a demandé à Antoine Santoni, s'il pensait que le couple franco-allemand était au bord du gouffre. L'ouvrage est publié aux éditions Ramsay.   

(Rediffusion du 3 février 2020)