Le tourisme, un secteur-clé de l'économie dans beaucoup de pays du continent et un secteur mis à l'arrêt par le Covid-19 : frontières fermées, liaisons aériennes suspendues, visites interdites. Aujourd'hui, la réouverture s’amorce, avec d'infinies précautions, d'Istanbul à Reykjavik ou à Cascais.

En Turquie, le Grand Bazar d’Istanbul, l’un des plus vieux marchés couverts du monde, était fermé depuis le 23 mars 2020. Il a rouvert finalement début juin. Ses quelque 3 000 boutiques aux 30 000 commerçants, fragilisés par plus de deux mois d’inactivité, attendent avec impatience les clients, dans des conditions d’hygiène strictes. Mais les touristes étrangers, qui font vivre le Bazar, risquent de ne pas être au rendez-vous cette année. À Istanbul, Anne Andlauer.

Le 15 juin 2020, l’Islande s’apprête à rouvrir ses portes aux touristes de l’espace Schengen dans un premier temps. Le pays compte jouer sur le sentiment de sécurité qui règne sur ses terres volcaniques et glacées où seulement huit cas ont été diagnostiqués au mois de mai 2020. Mais pas seulement. Pour attirer de nouveau les touristes, le gouvernement prévoit une politique ambitieuse. Reportage de Jérémie Richard. 

Le 5 juin 2020, le Portugal est devenu le premier pays européen à recevoir le label « safe travels », décerné par le World Travel & Tourism Council, une association qui regroupe plus de 200 entreprises du secteur du tourisme. Le tourisme est un secteur-clé de l'économie qui compte pour 10% du PIB environ. Notre correspondante Marie-Line Darcy s'est rendue à Cascais, une petite station balnéaire à l'ouest de Lisbonne qui met tout en place pour sauver la saison.

Des masques au musée  Ils sont déjà devenus les symboles de l'épidémie de Covid-19 : les masques. Ils sont toujours obligatoires dans certains lieux publics en Tchéquie... et déjà exposés au musée national tchèque. À Prague, Alexis Rosenzweig.