Les travailleuses du sexe plongées dans la pauvreté En France, les bénéficiaires du revenu minimum, le RSA, sont de plus en plus nombreux. Les associations alertent aussi sur la hausse de l'aide alimentaire. Par rapport à la même période en 2019, le Secours populaire distribue 45% de repas supplémentaires. Dans les grandes villes, mais aussi les banlieues et le monde rural.

→ Aide alimentaire: en France, l'inquiétude d'une crise sans précédent (La Croix)

La crise du Covid-19 augmente la précarité des plus fragiles, souvent ce sont aussi les moins visibles. Exemple en Suisse avec les travailleur(euse)s du sexe. Dans ce pays, la prostitution est légale et encadrée ; mais avec le confinement, les prostituées se sont retrouvées sans revenu du jour au lendemain. Dans une situation extrêmement vulnérable. Le reportage de Jérémie Lanche.

Avec l'arrêt de pans entiers de l'économie, les intérimaires, les cdds ou les auto entrepreneurs qui ne bénéficient pas de la protection qu'apporte le statut de salarié se sont retrouvés dans la galère, au point d'accepter toutes les missions possibles, notamment dans la grande distribution, avec le risque d'une plus grande exposition au virus mais aussi un statut à la limite de la légalité. Lise Verbeke est allée rencontrer certains d'entre eux.

Précarité et exploitation des travailleurs étrangers en EuropeAutres travailleurs particulièrement précaires : les étrangers souvent moins regardant sur les conditions de travail. Il y a eu ces ouvriers roumains contaminés au Covid-19 dans un abattoir en Allemagne début mai 2020, mais en Roumanie ce n'est pas mieux. Courant mai, des cas de contamination au coronavirus sont apparus parmi des ouvriers sri-lankais, cette fois, dans une usine de textile du nord de la Roumanie. Quand travail rime avec exploitation, les explications de Benjamin Ribout.

En Espagne, c'est une vidéo sur les réseaux sociaux qui aura fini par les rendre visibles ! 200 personnes, des Sénégalais pour la plupart, dormaient dans la rue depuis près d'un mois près de Barcelone, et ce alors qu'ils travaillent dans les champs avoisinants. Au final, c'est grâce à la générosité du footballeur espagnol Keita Baldé qu'ils vont enfin pouvoir être logés. Élise Gazengel.

En Italie, l'Église catholique est l'une des rares institutions engagées dans l'accueil des réfugiés. Une aide devenue particulièrement cruciale pendant la pandémie alors que le confinement était total. À Rome, le centre Astalli géré par le service des jésuites aux réfugiés n'a ainsi jamais désempli. Éric Sénanque.

Confrontés à une crise d’une ampleur inédite depuis la Seconde Guerre mondiale, les différents gouvernements ont tous pris des mesures sanitaires, mais aussi économiques. Comment les Européens jugent-ils l'efficacité de ces décisions et leurs gouvernement respectifs ? C'est ce que nous explique Daniel Vigneron du site myeurop. info