La crise de la Covid-19 a fait passer au second plan un certain nombre de réformes ou de lois passées en Europe pendant cette période de lutte contre la pandémie. Elle a quelquefois aussi donné l’occasion à certains pays européens de profiter de l’état d’urgence pour faire passer des lois en catimini.

Recul démocratique en Hongrie. Depuis l'état d'urgence sanitaire décrété le 11 mars 2020, pas moins de 70 décrets ont été passés par Viktor Orban dont le parti est majoritaire au Parlement. Et l'homme fort de Budapest s'en prend aux libertés civiles et démocratiques sans son pays. Après avoir interdit le mariage homosexuel et banni les études de genre à l’université, mardi dernier (19 mai 2020) Vikor Orban s’en est pris aux personnes transgenres et inter sexes. Le Parlement à sa botte, a adopté une loi qui interdit aux personnes transsexuelles de changer de nom et d'identité et ce malgré les protestations du Conseil de l’Europe et l’Onu. La minorité des transgenres, c'est environ 30 000 personnes en Hongrie. Le reportage de Florence Labruyère.

En Irlande par contre, la lutte contre le coronavirus n'a pas empêché l’entrée en vigueur de lois progressistes comme celle sur la famille qui donne de nouveaux droits aux couples homosexuels. Cinq ans après l'adoption de la loi sur la famille et l'enfant, et depuis le 4 mai 2020, les femmes ayant conçu un enfant par procréation médicalement assistée seront désormais toutes les deux reconnues comme parent légal de l’enfant. Emeline Vin.

Au Royaume-Uni, l'épidémie de coronavirus pourrait bien aider le Labour à renaître de ses cendres. Après son élection, passée quasi inaperçue le 4 avril 2020, le nouveau chef du parti travailliste, Keir Starmer, pourrait bien profiter de la lutte contre la Covid-19 pour imposer son nouveau style et celui de son parti. À Londres, les explications de Marie Billon.

En Russie, c’est un quotidien référence de la presse russe qui se voit menacé. Fondé en 1999, Vedomosti est un titre réputé pour sa couverture rigoureuse de l’actualité économique et la finesse de ses analyses politiques. Pourtant, au mois de mars 2020, ses journalistes ont appris le rachat du quotidien et la nomination d’un nouveau rédacteur en chef. L’annonce de ce changement a mis la rédaction en alerte puisqu’il semble augurer une reprise en main éditoriale. Étienne Bouche.

En Italie, alors que le pays était au point mort, un chantier se poursuivait jour et nuit dans le nord du pays, celui de la construction du nouveau pont de Gênes. L'effondrement du viaduc, en août 2018, et ses 43 morts, ont fait fugure d'humiliation pour le pays, incapable d'entretenir ses infrastructures au prix de la vie de ses citoyens. Pour le gouvernement l'inauguration de ce nouveau pont, c'est tout un symbole. Franceline Beretti.

Stars du confinement en Espagne. Il y a aussi ceux qui doivent tout ou presque à cette crise que traverse l'Europe. À Barcelone, trois colocataires sont ainsi devenus des stars grâce au confinement dans lequel le pays été plongé. Leur nom : Les Stay Homas, forcément. Dès la mise en ligne de leur première chanson tournée sur un téléphone portable, ils ont connu un succès mondial au point de voir leurs tubes repris déjà par les plus grands. En deux mois, les trois musiciens sont donc passés du statut de jeunes colocataires qui jouent entre amis sur leur terrasse à celui de nouveaux artistes de la maison de disque Sony avec qui ils sortiront leur premier album, cet automne. Elise Gazengel les a rencontrés pour nous à Barcelone.