Les policiers se sont retrouvés en première ligne pour faire respecter les mesures de lutte contre le nouveau coronavirus. Des policiers particulièrement exposés, avec des pouvoirs aux contours parfois flous.

Dans un pays comme le Royaume-Uni, très soucieux de ses libertés individuelles, difficile de mettre en place des restrictions de circulation de manière trop autoritaire, même si le pays est celui qui paie désormais le plus lourd tribut à la maladie en Europe. Les policiers anglais, non armés, sont plus au service des citoyens que de l’État, il leur a donc fallu s’adapter, Marie Billon.

En Belgique, deux enquêtes ont été ouvertes pour des violences policières présumées durant le confinement. D'abord, c'est un jeune de 19 ans qui est mort. Un migrant affirme aussi avoir été molesté. Les précisions de Laxmi Lota.

En Roumanie, la police n’hésite pas à verbaliser les contrevenants qui enfreignent les règles du confinement. Et cela crée des tensions dans ce pays, l'un des plus pauvres de l'Union européenne. Benjamin Ribout.

En Pologne aussi, les autorités ont mis en place des restrictions de circulation sous peine de très lourdes amendes. Mais, ces sanctions sont-elles bien légales ? Certains juristes en doutent. Thomas Giraudeau.

En Italie, l’état d’urgence sanitaire, voté dès le 31 janvier 2020, est toujours en place. Et les règles restent très contraignantes. Depuis le début de la semaine, les Italiens peuvent sortir de chez eux, mais ils ne peuvent pas encore aller où ils veulent. Ces déplacements sont strictement contrôlés par la police, mais pas seulement : les voisins aussi veillent. Cécile Debarge.

La vie dessinée de ceux qui se battent contre le virus À la rencontre de Fiamma Luzatti. Son blog L'Avventura est publié en France sur le site du journal Le Monde. Cette Italienne expatriée à Paris est dessinatrice et met en images la vie pendant l’épidémie de Covid-19. Son portrait avec Éric Sénanque.