Comme partout dans le monde, sur le continent, la confiance dans les médias se dégrade.

Dans les jeunes démocraties, l'indépendance des médias est encore très fragile. La presse est dépendante des ressources financières de pouvoirs économiques, mais aussi politiques. Exemple, dans la jeune République de Serbie : l'utilisation de fausses informations par les médias proches du pouvoir y est devenue quasi quotidienne. Et le régime du très autoritaire président Aleksandar Vučić n'hésite pas à mener de véritables campagnes de désinformation contre ceux qu'il considère comme ses ennemis. C'est le reportage à Belgrade de Louis Seiller.

En Pologne, les ultra-conservateurs populistes du parti PIS, Droit et Justice, au pouvoir déjà depuis 2015, ont remporté les élections législatives le 13 octobre 2019. Une victoire obtenue en partie, grâce aux médias publics. Dans ce pays, manipulation et désinformation sont également de mise avec une télévision publique totalement reprise en main, il y a quatre ans, par le parti au pouvoir. Les explications de Thomas Giraudau.

Sécurité des États, des citoyens, que peut faire l'Europe face à cette problématique transcontinentale des fake news. Depuis 2015, la Commission a créé un groupe de travail sur le sujet. Plus de 6 500 fausses informations ont ainsi été traitées, mais la structure manque de moyens. Les explications de Laxmi Lota.

Une fausse rumeur circule vite sur la toile, mais aussi dans les couloirs d'une école. Être capable de distinguer une vraie et une fausse information, c'est tout l'enjeu d'un nouveau cours que l'Angleterre compte ajouter à son cursus scolaire. À partir de la rentrée prochaine, en septembre 2020, les écoles vont donc enseigner l'art de faire la différence entre le vrai et le faux. Marie Billon.

L'exhumation de Franco divise en EspagneEn Espagne, l’exhumation du dictateur Francisco Franco est imminente. Depuis le vendredi 11 octobre 2019, le mausolée où est enterré le Caudillo à 60 km de Madrid, est fermé au public. L’exhumation du dictateur mort dans son lit en 1975, devrait avoir lieu avant le 25 octobre 2019. Ce transfert de la dépouille de Franco divise les Espagnols. Si, pour les nostalgiques du franquisme, ouvrir ce tombeau est une profanation, les associations des familles des victimes républicaines, elles, veulent aller plus loin et récupérer le corps des membres de leurs familles. Le reportage de Diane Cambon.

(Rediffusion du 16 octobre 2019)