Empiler, démonter et reconstruire au milieu de gravats, voilà l'univers dans lequel Marjan Teeuwen se sent chez elle. Cette artiste néerlandaise crée à partir de maisons en ruines.

Le public français a découvert ses installations monumentales aux dernières rencontres photographiques d’Arles avec sa huitième «destroyed house», maison détruite. Deux sculptures, deux constructions, réalisées à partir des débris d’un ancien garage destiné à devenir un cinéma, et dont il ne restait que les murs extérieurs. Pendant des mois, elle a trié et réassemblé ces gravats avant que cette œuvre ne soit elle aussi détruite, après avoir été photographiée. Frédérique Lebel est allée rencontrer Marjan Teeuwen chez elle à Amsterdam.

La vidéo

Et si plutôt que de recycler, on essayait déjà de moins jeter ! L’objectif est ambitieux sur un continent européen, où chaque seconde 8 000 kilos de déchets partent à la poubelle. À Vienne, la municipalité tente de changer la donne. Dans la capitale autrichienne, le service de collecte et de traitement des ordures ne fait pas que vider les poubelles des habitants. Il s’occupe aussi d’en sauver certains objets pour les revendre ensuite dans une boutique d'occasion. Céline Béal s’y est rendue pour nous.

La Suède, c'est le pays européen qui recycle le plus : 40% de son plastique, par exemple, est transformé. C’est peu, mais c’est le record actuellement en Europe. Le recyclage est tel que le pays importe désormais des déchets qui sont ensuite brûlés pour produire de l’électricité et du chauffage urbain. En 2015, le royaume scandinave a ainsi fait venir 1,3 million de tonnes de poubelles d’Angleterre. Direction Malmö, dans le sud du pays, à l’usine d’incinération Sysav. C'est le reportage d'Anne-Françoise Hivert.

Et parmi les secteurs les plus destructeurs de l'environnement, il y a l'industrie textile. L'utilisation, entre autres, de substances chimiques, de teintures et d’énormes quantités d'eau pour fabriquer et nettoyer les fibres en font la deuxième industrie la plus polluante après le pétrole. Dans ce secteur aussi, le recyclage est donc devenu un enjeu. Au Portugal, une entreprise a décidé très tôt de se positionner sur ce marché. L’usine Sasia recycle chaque mois 900 tonnes de fibres industrielles, Marie-Line Darcy.

Et quand on parle de textile, comment ne pas penser à l'Italie. Dans ce pays, le secteur du luxe est confronté à un dilemme : que faire des sacs à mains, chaussures et vêtements invendus ?

L'année dernière (2018), des images de manteaux Burberry à 1 500 € livrés aux flammes avaient choqué l'opinion publique. Depuis, la marque anglaise s'est engagée à ne plus brûler ses invendus, mais à les recycler. Qu'en est-il à Milan ?Le secteur du luxe s'est-il lui aussi mis à recycler ? Avec Franceline Beretti.

Le choix musical de Vincent Theval, cette semaine, c’est le quatuor italien Indianizer et son deuxième album Aya Puma.