Un système de santé au bord de la crise de nerfs en Hongrie. Les Hongrois vivent moins longtemps que les Grecs, les Polonais ou les Tchèques. C'est le constat peu glorieux d'une enquête récente d'Eurostat, l'organe statistique européen. L'espérance de vie des Hongrois est parmi la plus basse d'Europe : 72 ans pour les hommes, 79 ans pour les femmes. Principal coupable : le système de santé délabré.

Si certains hôpitaux de province ont été partiellement rénovés grâce à des fonds européens, à Budapest les hôpitaux publics sont dans un état alarmant. Le système de santé n’a pas réussi à solder l’héritage du communisme. En 30 ans, aucun gouvernement n’a mené de véritables réformes. Un chiffre est parlant : en Hongrie, les dépenses publiques de santé ne représentent que 4,6% du PIB contre plus de 9% en France ou en Allemagne. Les explications de Florence La Bruyère.

Des cadeaux pour lutter contre la corruption

En Serbie, faute de pouvoir augmenter les salaires, le pays a pris une mesure étonnante au printemps 2019 : la légalisation des pots-de-vin aux médecins. Officiellement, l'objectif est d'encadrer la corruption qui gangrène la santé publique depuis de longues années. Accepter de l'argent pour une intervention médicale est pourtant bien passible de prison en Serbie, mais les condamnations sont rares, faute de témoignages et de preuves Simon Rico.

Le concept de postes de soin d’urgence en milieu rural

Alors qu'en France, les hôpitaux publics sont en grève depuis huit mois pour défendre un système de santé qui craque face aux coupes budgétaires. En Espagne, le système des urgences en zone rurale résiste et a réussi à s'imposer. Si la crise économique de 2008 avait obligé certains centres de soin à fermer, sous la pression des habitants et des pouvoirs publics, la majorité d'entre eux a rouvert. Notre correspondante en Espagne, Diane Cambon, s'est rendue en Estrémadure, une région très rurale avec une faible densité de population où ce réseau de petites urgences sauve régulièrement des vies. 

Toujours plus de mères SDF au sortir de la maternité à Paris

En France, dans la capitale et sa région, c’est un phénomène en augmentation. Les hôpitaux deviennent des refuges contre la rue. Fin novembre, 62 femmes très enceintes étaient ainsi identifiées sans abri. Incapables de se loger, ces jeunes mères, relevant de l'aide médicale d'État, se retrouvent hébergées dans les maternités parisiennes. Une situation qui dépasse totalement l'administration et les soignants. Depuis 2017, les hôpitaux publics à Paris ont donc noué des partenariats avec des associations pour trouver un toit à ces femmes et leurs nouveau-nés. Reportage de Juliette Rengeval.

Ferrante a-t-elle fait des émules ?

Son nom est bien connu, mais son identité reste un mystère. En Italie, Elena Ferrante, l'auteure de L'amie prodigieuse, ce premier tome d'une saga sur l'amitié entre deux petites filles de Naples dans les années 50. Et bien ce best-seller vendu à plus de 700 000 exemplaires dans 42 langues pourrait bien avoir donné naissance à un autre phénomène. « Un effet Ferrante sur la littérature italienne » comme l'a récemment qualifié le New York Times dans un article. Notre correspondante en Italie, Cécile Debarge, nous explique ce que c’est.