La TV polonaise, arme de propagande.  La Pologne s'apprête à élire un nouveau président dimanche 28 juin 2020, et pour sortir vainqueur de ce scrutin, le chef de l'État sortant, le très conservateur Andrzej Duda et son parti, le PIS, Droit et Justice, sont prêts à tout ou presque.

Comme lancer un curieux concours qui consiste à récompenser les petites communes qui auront voté le plus, par la livraison d'un camion de pompier. Autre stratégie du PIS, celle d’instrumentaliser la télévision publique polonaise, la TVP, en en faisant le relais d’une campagne électorale violente. Thomas Giraudeau.

La violence politique en nette augmentation en Allemagne4,2% en 2019. Ce chiffre, c'est celui des crimes et délits motivés politiquement en Allemagne. Ces agressions sont en hausse, qu’'il s'agisse d'insultes, de crachats, d'agressions physiques ou de meurtres. Ce chiffre inquiète. À Berlin, la police a recensé 239 cas de violences envers des politiques en 2019, contre 190 en 2017. Et en Saxe, le nombre des agressions a même doublé en un an. Un climat anxiogène qui met en difficulté le fonctionnement même de la démocratie locale. Le reportage à Berlin de Déborah Berlioz.

Prendre des coups en politique, c'est souvent un passage obligé quand on veut être élu. Sauf que cette violence se banalise. Surtout quand on est une femme. Et encore plus quand on est actif sur les réseaux sociaux. D'après une étude de l'Union interparlementaire et du Conseil de l'Europe, près de la moitié des femmes parlementaires ont déjà reçu des menaces de mort, de viol ou de passage à tabac. L'une d'entre elles s'appelle, Ada Marra. Le 4 mars 2020, cette députée suisse a demandé l'aide de son Parlement. Et elle a voulu donner à entendre cette violence. Jérémie Lanche.

Les élus municipaux britanniques en France disent bye byeDepuis le traité de Maastricht et la création d'une citoyenneté européenne, on peut voter aux élections municipales de son pays européen d’adoption. Mais, on peut aussi se faire élire comme conseiller municipal. C’est le cas de plus de 750 Britanniques en France. Ou plutôt c’était le cas, car le Brexit a changé la donne. Tous ces édiles ont eu l’autorisation de siéger jusqu’a la fin de leur mandat, à savoir le deuxième tour de ces élections municipales. Mais, c’est le coeur gros qu’ils lâchent ces responsabilités qui symbolisaient leur intégration et l’Europe à laquelle ils croient. Le reportage en Normandie de Frédérique Lebel.

Et comme tous les mercredis, on retrouve notre chronique en un mot ! Au menu aujourd'hui, "le merak". Dans les Balkans, tout le monde le connaît ce moment où l'on se sent parfaitement bien, mais qui n'a rien à voir avec la conception occidentale du plaisir, souvent très matérialiste. Le merak, c'est un peu l'exact contraire de la saudade portugaise, mais une chose est sûre :  le mot pose de sérieux problèmes de traductions. Les explications de Simon Rico.