Et nous ouvrons cette émission avec un retour sur une semaine encore très riche en rebondissements, chaos, défections, renvois, insultes… C’est l’actualité du Brexit au Royaume-Uni. Et c’est bien sûr la une du magazine Courrier international qui titre « Brexit, le clash ». Virginie Lepetit de la rédaction du magazine nous dit, comment la presse britannique a vécu cette semaine explosive Tout a commencé lorsque le Premier ministre Boris Johnson a décidé de suspendre pour cinq semaines le Parlement.

Les petits britanniques se désintéressent des langues étrangèresEt conséquence annexe mais non anecdotique du Brexit, les petits Britanniques semblent se désintéresser de plus en plus des langues européennes. À part l’espagnol, l’enseignement de l’allemand et du français est en chute libre. Selon une étude du British Council, seule la moitié des élèves anglais et gallois continuent à étudier une langue étrangère à l’âge de 16 ans. Et si l’on en croit notre correspondante Marie Billon, l’exemple vient de haut, avec cette citation mémorable en français du Premier ministre Boris Johnson difficilement compréhensible il faut l’avouer.

On enseigne de moins en moins le Néerlandais aux Pays-BasAux Pays-Bas on s’inquiète. Est-on en train de délaisser le néerlandais et l’enseignement de la langue nationale ? La relève des professeurs est-elle assurée pour les prochaines générations ? Autant de questions auxquelles le gouvernement n’apporte pas de réponses rassurantes. Reportage aux Pays-Bas d’Antoine Mouteau.

Le mandarin dans les BalkansEt dans les Balkans, c’est le chinois qui fait son entrée à l’université publique de l’entité serbe de Bosnie. Un enseignement voulu et financé entièrement par Pekin. Et qui accompagne une politique d’investissement très agressive du gouvernement chinois dans la région. Simon Rico.

La Chronique musique de Vincent ThévalSparkling, un nouveau groupe allemand qui a fait ses classes au Royaume-Uni. Leur titre Alles Nur Vielleicht.