À l’heure où le Parlement français revoit les lois sur la bioéthique. Pour autoriser la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes seules. Pour permettre aux enfants nés grâce à des dons de gamètes de connaître leur géniteur. Comment nos voisins européens gèrent-ils ces questions ? Force est de constater qu’il n’y a pas de modèle européen.

De moins en moins de Fiv en PologneÀ quelques jours des prochaines élections législatives en Pologne, le parti populiste au pouvoir le PIS se distingue par ses positions ultra-conservatrices. Les Fécondations in vitro étaient déjà réservées uniquement aux couples hétérosexuels sans donneurs extérieurs. Elles ne sont plus désormais remboursées ! C’est le reportage de Thomas Giraudeau

Catalogue de sperme au DanemarkChoisir un donneur de sperme sur catalogue, c’est possible. C’est même devenu un business mondial pour le Danemark qui exporte des gamètes dans une centaine de pays au monde. Cette immense banque de sperme au nom de Cryos, présente les spermes des donneurs comme des biens commerciaux Anne Françoise Hivert.

Pas d’encadrement en UkraineEt en Ukraine, pas de loi de bioéthique ! Certaines cliniques se sont même fait une spécialité d’un commerce très lucratif de mère porteuse, les fameuses GPA interdites en France. Quant à la procréation médicalement assistée, elle suscite aussi des controverses, scientifiques cette fois. Les explications à Kiev de Sébastien Gobert.

Turquie : une attractivité mondialeOn le sait peu mais on vient du monde entier pour obtenir une fécondation in vitro en Turquie. Techniquement, le taux de réussite est élevé, et les prix très abordables. Reportage à Istanbul d’Anne Andlauer.

Septante ou soixante-dix ? Et pour notre nouvelle chronique en un mot, un mot intraduisible qui nous en dit long sur un pays du continent, nous avons choisi septante, nonante, cette façon de compter qui est si particulière à la Belgique, à quelques pays africains mais aussi à la Suisse. Une question historique, mais aussi identitaire qu’explore pour nous Jérémie Lanche à Genève. Alors pourquoi Septante plutôt que soixante dix ?

(Rediffusion du 9 octobre 2019)